Ion Creangă - le conteur le plus connu de Roumanie

Ion Creangă, l’un des plus grands conteurs roumains

Si vous demandez à un lecteur roumain de vous donner le nom du conteur  le plus connu de son pays,  la réponse sera sans doute : Ion Creangă. Ses contes ont bercé les nuits de millions de Roumains, y compris les miennes. Depuis plus de cent ans, il n’y a pas eu d’enfance en Roumanie sans lui. C’est avec lui que nous avons grandi.

Qui plus est, une partie de ses œuvres ont été introduites et font partie intégrante de l’enseignement gratuit et obligatoire de Roumanie. Il n’existe pas d’ « apprenti » dans le pays qui ne lui ait consacré quelques pages. Ion Creangă est donc l’un des auteurs incontournables, mais aussi l’un des plus lus et appréciés. D’ailleurs ses ouvrages ont été traduits en plus de 15 langues, y compris le français.

 

Mais qui est cet homme et comment en est-il arrivé à un tel exploit?

Contrairement aux auteurs classiques de la littérature roumaine, l’homme, né le 1er  mars en 1837, n’est pas un bourgeois, mais un villageois issu d’une famille modeste de Humulești : un village qui se trouve à quelques kilomètres de Târgu Neamț, en Moldavie. Il est l’aîné d’une fratrie de huit frères et sœurs.

Sa famille, ne possède pas beaucoup de biens et Nică (comme il se désigne lui-même plus tard dans son autobiographie) doit, pendant son enfance, travailler de ses mains comme tous les enfants de paysans de son village.

maison Humulesti Ion Creanga
Voici la maison dans laquelle il a grandi. Photo de Cristian Bortes  – Wikipédia.

La vie des ruraux n’était pas toujours facile et sa mère qui travaillait quotidiennement jusqu’à l’épuisement pour subvenir aux besoins de sa famille, refuse d’accepter pour ses enfants le même sort qu’elle a toujours connu.  Elle se met donc à parler à son fils aîné de ses rêves et lui insuffle le désir de devenir prêtre.

 

Parcours scolaire

Nică, commence d’abord à étudier à l’école du village. Puis à Broșteni, Târgu Neamț et Fălticeni. A l’âge de 18 ans, pour accomplir son rêve, il déménage, non sans regret, en ville, à Iași où, de 1855 à 1859, il devient séminariste. Mais le 30 juin 1858 son père décède, laissant derrière lui une mère veuve avec sept enfants. En tant qu’aîné de la famille, c’est à lui, à partir de ce moment, qu’il incombe la responsabilité de subvenir aux besoins de la famille. Il abandonne donc temporairement ses études, mais il obtient tout de même une attestation pour les quatre séminaires qu’il avait déjà suivis, ce qui lui vaut le droit de devenir diacre.

conteur roumain
Ion Creangă dans sa tenue de diacre,

Mariage  dans la tourmente

En 1859, il se marie avec Ileana, la fille d’un prêtre de Iași, mariage suivi de la naissance, en décembre 1860, de son unique fils Constantin. Mais, selon le témoignage ultérieur de l’auteur, la vie de diacre, dans l’église de son beau-père, le prêtre Ioan Grigore, n’était pas du tout rose, car la nuit du 12 janvier 1860, son beau-père tente de l’étranger pendant son sommeil.

Suite à cet événement, les relations avec sa femme Ileana commencent à se dégrader, et le 2 mai 1860, Creangă, obtient un nouveau poste de diacre à l’église « Sfinții 40 de Mucenici » – de Iași.

 

Carrière professionnelle

En octobre 1860, Creangă, reprend ses études à l’Université de théologie de lași. Puis, il obtient un poste d’instituteur à « l’École des Trois Hiérarques ». Pendant 12 ans, de 1860 à 1872, il travaille en tant qu’instituteur et diacre dans différentes églises de Iași. Mais, en 1872, il est définitivement exclu du clergé pour avoir adopté certains comportements considérés par l’église inacceptables avec le statut de diacre : avoir quitté sa femme, avoir fréquenté les spectacles du Théâtre National de Iași, et s’être montré à la messe cheveux coupés et tête couverte d’un chapeau, choses interdites par l’église.

Suite à cette exclusion, le ministre de l’époque lui enlève également son poste d’instituteur, mais à cette époque Ion Creangă, était déjà co-auteur de deux manuels scolaires.

Son premier ouvrage paru en 1868, en 8000 exemplaires, était une sorte d’Abécédaire et portait le titre de « Nouvelles méthodes d’écriture et de lecture, à l’usage des classes I de l’école primaire », ouvrage rédigé en collaboration avec cinq collègues instituteurs.

L’exploitation du manuel eut une durée de vie de plus de 25 ans. De 1868 à 1893, il y a eu 25 éditions successives. Ultérieurement, et plus précisément dans la période de l’entre-deux-guerres, le nouveau système d’enseignement adopté par le pays a permis l’existence simultanée d’autres manuels.  Cette réussite permit  à Creangă de mener une existence confortable sans ressentir le poids des contraintes matérielles infligées par l’Église.

Et comme il n’était plus membre du clergé, cela lui a également permis d’intenter à sa femme Ileana, un procès pour adultère et abandon de domicile conjugal. En 1873 son divorce est prononcé et il obtient également la garde de son enfant, Constantin.

Après son exclusion du clergé et la prononciation de son divorce, Creangă se réfugie à la campagne dans un village nommé « Țicăul Iașului », en compagnie de Tinca Vartic, la nièce d’un diacre.

Maison de Ion Creanga
Voici la maison dans laquelle il vit avec Tinca Vartic à « Țicăul Iașului »

Deux ans après, il reprend ses fonctions d’instituteur dans l’école élémentaire de  « Păcura », de Iași.

 

Ion Creangă un écrivain pour enfants de 7 à 90 ans

En 1875, lors d’une réunion à laquelle il participait en tant que membre du comité d’évaluation d’ouvrages didactiques, Creangă, rencontre le poète roumain Mihai Eminescu, avec lequel il lie une profonde amitié.

Encouragé par Eminescu, entre 1875 et 1883, Creangă se lance d’abord dans la recherche et la retranscription des historiettes traditionnelles populaires qui au préalable ne se transmettaient que de manière orale à la campagne. Résultat? Plus de 2O contes, anecdotes et historiettes, polies, enrichies et écrites avec un tel charme particulier, qu’elles ne ressemblent à aucunes autres.  À noter aussi que la plupart de ces écrits ont pour source et décor sa Moldavie natale.

Qui plus est, son œuvre ne s’adresse pas exclusivement aux plus jeunes, mais aussi à tous ceux et à toutes celles qui s’intéressent à la littérature roumaine. Les sujets sont divers et variés : magie et créatures surnaturelles, superstitions, abus, tolérance et intolérance, mensonge et recherche de vérité, sources de misères et de richesses, etc. Tous ses contes, anecdotes et historiettes sont parus dans la revue « Convorbiri Literare ».

La deuxième partie de son ouvrage, « Souvenirs d’enfance »,  est un travail exclusivement personnel où il décrit la vie rurale et les plus intimes détails de sa vie d’enfant.  Ses souvenirs d’enfance ont une tonalité particulière qui fait naître le sourire et provoque même une franche gaieté. Je dirais même que l’auteur ne cherche pas émerveiller son lecteur, mais plutôt à l’amuser. Souvenirs d’enfance est paru en quatre parties. Les trois premiers volumes ont été publiés de son vivant et la dernière partie, posthume.

Conteur roumain
Ion Creangă – en fin de vie

Fin de vie

Entre 1883 et 1889, Ion Creangă souffre d’épilepsie. Il décède la même année qu’Eminescu, après une longue souffrance, à l’âge de 52 ans, le 31 décembre 1889. Mais il a laissé derrière lui une œuvre singulière qui mérite attention :

  • 4 manuels didactiques écrits en collaborations avec ses collègues instituteurs
  • Plus de 20 contes, anecdotes et historiettes
  • Deux nouvelles
  • Ses souvenirs d’enfance (4 parties) qui ont séduit petits et grands, et cela tant au niveau national qu’international.

Références :

Ion Creangă – Wikipédia

Istoriepescurt.ro

Metodă nouă de scriere și cetire – Wikipédia

Crédit Images : bibliothèque de Wikipédia

Mariana Antoneag

Mariana Antoneag

Je suis la créatrice du projet Roomanies.com. Et ma manie à moi, mon obsession, c’est de vous parler de mon pays, de vous le faire connaître, de vous montrer ses richesses, ainsi que son potentiel.

Si vous avez besoin de mon aide pour un projet en lien avec la Roumanie (recommandations de voyage, rédiger ou fabriquer des contenus pour vos projets lancés en Roumanie, études de marché, exporter en Roumanie, conseils stratégiques, projet d’investissement en Roumanie), écrivez-moi un mail à l’adresse : contact@roomanies.com.

Vous pourriez également aimer...

Articles populaires

2 commentaire

  1. J’en ai lu quelques-uns. Oui, une écriture riche, subtile, et très humoristique. C’est un vrai plaisir.

    1. 🙂 t’ as déjà lu? Peux-tu me donner un titre?

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :