La Hora, une danse traditionnelle roumaine

La Hora, une danse traditionnelle roumaine
Motif traditionnel roumain – La Hora

A l’heure de la mondialisation, de l’union européenne à laquelle la Roumanie a adhéré en 2007, que reste-t-il dans nos deux pays du folklore régional local, celui qu’ont connu nos grands-parents ?


Sans rentrer dans des considérations ethnologiques poussées, le brassage des populations favorable à la diversité culturelle, l’est moins en ce qui concerne l’identification à une culture locale pour en perpétuer les pratiques.A cela rajoutons l’exode rural, des campagnes qui portaient ces racines folkloriques, l’affaiblissement du sentiment religieux aussi qui en favorisait l’expression, le développement économique, technologique moderne qui lui s’oppose à des rites qu’il considère désuets…et force est de constater que le folklore, heureusement encore entretenu à certains endroits grâce au tourisme, a quand même perdu de sa superbe.


Le folklore en Roumanie

En Roumanie le sentiment identitaire est encore assez fort et le folklore y est plus vivace. A titre d’exemples, lors des fêtes, lors des mariages, lors des nombreuses cérémonies, on y danse au moins une fois la Hora. C’est une danse qui affirme un langage du corps diffèrent qui tente de réunir toute l’assemblée y compris les inconnus et dont la spécificité est de former un grand cercle ouvert ou fermé en se tenant par la main.

La Hora se retrouve aussi en Bulgarie, en Macédoine, ou encore en Israël. Vous la connaissez d’ailleurs certainement grâce au film culte très drôle avec Louis de Funès : Rabbi Jacob.

Les pas de base en sont assez simples (pas latéraux croisés, en avant pas de Polka…) même si avec la pratique elle peut s’avérer plus complexe.


La Hora Unirii et autres types de danses traditionnelles

Tousles ans, le premier décembre, pour commémorer la constitution de la Grande Roumanie par l’union des tous les roumains et de leurs territoires, des cérémonies de célébration sont organisées un peu partout dans nos villes. Et on y joue la Hora Unirii, (la Hora de l’Union) dont voici les pratiques ci-dessous.

La Hora de l’Union à Targu Mures :

La Hora de l’Union au lycée Technologique Stefan Hell  de Santana :

Peut-être la beauté de cette danse traditionnelle roumaine ne provient-elle jamais d’ailleurs que de notre histoire, de nos blessures ou de nos souffrances, mais elle permet d’exprimer la joie, le plaisir d’une communauté de s’amuser ensemble. Cependant au départ, cette danse était un remerciement à la vie, aux récoltes, moissons, aux esprits, à la terre et au soleil, la ronde au centre de laquelle se placent les lautarii (musiciens) symbolisant la terre qui tourne autour du soleil. Elle possède donc cette expression laudative absente des danses plus modernes.

Les roumains n’ont pas à rougir de leurs quelques centaines de types de danses, mais la Hora tente en chaque circonstance de créer une ouverture, de l’interaction, de la solidarité, de l’entraide, des sourires, de la sérénité.Des preuves ?

Examinez la façon dont les roumains dessinent et partagent notre « histoire » à l’étranger en invitant tout un chacun à se manifester sur la voie publique :

Si ces vidéos vous ont donné l’envie de renverser les pratiques traditionnelles et de découvrir toutes les ficelles de cette danse, en voici un autre exemple que j’aime beaucoup:

La Hora peut être « pratiquée » à l’intérieur, sur le pavé, à l’extérieur sur le bitume mais aussi à la piscine.  Autant des possibilités n’est-ce pas ?


Le costume qui accompagne la danse

La danse folklorique est également magnifique de par les costumes. Les danseurs et les danseuses s’habillent de ces tuniques blanches (l’ie) superbement brodées d’éléments colorés, géométriques ou naturels, et les motifs divergent selon les régions ce qui permet de les reconnaître. Ces blouses originales ont d’ailleurs été peintes par Matisse…et popularisées dans le monde par les mouvements hippies ou baba…car elles sont très confortables à porter.

matisse2

Henri Matisse. Tableau exposé au musée des arts moderne à Paris

Les femmes sont vêtues de jupes et de tabliers qui bouffent quand elles tournent, la taille ceinturée, cheveux impeccablement noués ou tenus par des foulards, les hommes eux s’habillent parfois avec des gilets de laine appelés « sarica », se chaussent aux pieds de bottes cavalières qui leur affinent parfaitement les jambes. Le tout forme un ensemble très pimpant.


Photo:mariagers.unblog.fr

2018 fut vraiment une excellente année pour la danse et un bel anniversaire pour le centenaire de la Grande Roumanie. D’autres danses existent aussi en Roumanie comme la sirba, brîul, ou l’învîrtita. Mais allons pas à pas… pour vous laisser le temps de maîtriser les bases. Dansons maintenant !

A la prochaine…
Mariana ANTONEAG,

Enquêtrice de terrain en Roumanie

La Hora de Roumanie
*
Les garçons du Banat, les filles de Moldavie
Comme du Crisana et de Transylvanie …
Pour dragobetele, ensemble et pour l’union,
Dansent à Saint André en ronde ou rang, selon …
*
Roumaines et roumains, la coutume du pays,
Tous, main dans la main, pour la terre en l’esprit
Qui jase des violons écorchés de leur bois,
Et des accordéons flonflonants d’autrefois …
*
Telles des parisiennes, les filles d’Olténie,
D’origines lointaines à la blouse, blanche ie,
Lient des franges, cordons et fines broderies
De lin, laine ou coton, en plus de modestie …
*
Et les garçons aussi … autour du cymbalum,
Pour qu’il en soit ainsi jusqu’à la fin des hommes …
Tournent,posant leur pas sur ceux de leurs aïeuls
Affinés dans la joie, fiers de leurs éteules !
*
Ils dansent tête haute et leurs pieds aguerris
En mesure pianotent, de notes enhardis,
Le sol que les bottes élégamment patinent
Et les filles tricotent en plaine Bucovine …
*
Tant que dure la fête dont ici ne dépend
Que l’ardeur des trompettes et des flûtes de pan,
Se danse en Maramures, se danse en Munténie …
La Hora crie l’amour dans le pas qui la suit …
*
Pat

6 thoughts on “La Hora, une danse traditionnelle roumaine

  1. En France aussi, les régions ont très bien résisté à l’invasion de la mondialisation.
    Les gens, très attachés à leur culture locales et à leurs traditions ancestrales apprennent les chants et les danses grâce aux anciens ou en adhérant à des associations et des clubs qui donnent des spectacles à l’occasion de différents évènements.
    C’est le cas en Bretagne, en Provence, en Alsace ou en Auvergne.
    Comme quoi la mondialisation ne parvient pas à détruire ce que les peuples apprécient le plus et ce à quoi ils sont le plus attaché : leur culture, leur identité et leurs traditions les plus anciennes.

    1. Je crois que tu es bien placé pour le dire. Pour ma part, étant né à Paris je n’ai pas beaucoup de culture folklorique mais j’y suis tout à fait favorable dès l’instant où le régionalisme n’incite pas au ségrégationnisme et à la violence. Merci à toi et à très bientôt. Je pense que Mari sera heureuse de te répondre aussi.

    2. J’aimerais bien en découvrir plus sur la culture, les traditions et l’identité de la France. Rien de plus beau que d’y participer aussi. Merci de ces détails Trigwen. Merci également de votre contribution. Je suis très occupée ce dernier temps, mais je ne vous ai pas oublié. Je passerai bientôt sur votre site, pour découvrir vos textes. Très bonne soirée à vous Trigwen. Et à bientôt!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.