Découvrez la légende du monastère de Curtea de Arges

A 30 km au Nord de Pitesti  se trouve le monastère le plus célèbre de Roumanie, celui de Curtea de Arges.

Edifié en XIVème siècle, cette église en pierre blanche sculptée, abrite aujourd’hui de nombreux  tombeaux royaux. 

Le légende du monastère de Curtea de Argeș, Roumanie

Tout roumain a, au moins une fois dans sa vie, entendu parler de ce monastère. Et bien peu sont restés indifférents à sa légende.

Pour ceux qui veulent savoir juste un petit peu plus sur cette histoire, en bref, tout commence avec le désir d’un prince de construire le monastère le plus beau qu’on ait jamais vu. Pour ce faire, il engage neuf ouvriers maçons, avec à leur tête un maître maçon, appelé Manole. Les travaux commencèrent, mais avant que les maçons ne parviennent à poser la dernière pierre, l’édifice s’écroula. Et cela se passait à chaque fois.

Dans son désir de briser la malédiction, et dans son refus d’abandonner, suite à un rêve, Manole décide d’y emmurer la première femme, épouse ou sœur, qui se rendrait sur les lieux. Mais la première malheureuse qui s’y présente n’est autre que sa précieuse épouse. Le cœur déchiré, Manole ne recule pas devant sa décision. Sa femme y est emmurée et le monastère fut alors achevé.

Le prince, extrêmement ravi du résultat, ne désirait pas voir Manole bâtir une autre église plus belle que la sienne. Ainsi fit-il « enlever l’ouvrage de l’échafaudage », abandonnant les maçons sur le toit. En essayant de s’échapper, ces derniers, chutèrent et moururent. Manole s’écrasa lui aussi non loin et à cet endroit une source aurait jailli. C’est ce qu’on appelle aujourd’hui la « Fontaine de Manole ».  

Pour ceux qui veulent tout savoir sur cette histoire, ci-dessous la traduction de la ballade qui se trouve à la base de cette légende.

La ballade du Maitre Manole, fait partie du répertoire de la littérature populaire orale roumaine et s’enseigne au collège.  

« – I –

L’Arges en aval,

Dans le joli val,

Le Prince noir vient

Et il s’entretient

Avec neuf maçons,

Maîtres, compagnons,

Et Manol dixième,

Leur maître suprême,

Afin qu’ils choisissent

Un endroit propice

Sur ses vastes terres

Pour un monastère.

La rivière Arges près de Pitesti
La rivière de Arges, près de Pitesti. Source photo : www.rowater.ro

Et voici, soudain,

Que sur leur chemin,

Un berger les scrute,

Jouant de sa flûte ;

Dès qu’il surgit,

Le Prince lui dit :

Petit berger, fier,

Jouant de doux airs,

Allant en amont

Avec tes moutons,

Ou descendant de l’eau

Avec ton troupeau,

N’as-tu pas vu là,

Par où tu passas,

Des murs délaissés

Et non achevés,

Parmi des piliers

Et des noisetiers ?

Scarita Belioara, berger roumain
Berger roumain dans la région de Scarita Belioara. Source photo : pozepictures.blogspot.ro

Si seigneur, j’ai vu

Des murs délaissés

Et non achevés :

Mes chiens, quand les voient,

Hurlent et aboient,

Comme ils pressentent

La mort qui les hante.

Le Prince l’entend

Et repart soudain,

Suivant son chemin

Avec neuf maçons

Maîtres, compagnons,

Et Manol dixième,

Leur maître surprême.

Les voici mes murs !

Donc vous compagnons

Et maîtres maçons,

Passez aux travaux :

Il faut qu’aussitôt,

Ici, vous leviez

Et le bâtissiez

Mon beau monastère

Sans pareil sur terre.

J’offre mes richesses,

Des rangs de noblesse ;

Ou sinon sachez,

Je vous fais murer,

Murer tous, vivants !…

monastère CURTEA de Arges dessein -adevarul.ro
Le monastère Curtea de Arges, source photo : adevarul.ro 

‘- II -’

Travaillant sans trêve,

Leur grand mur s’élève ;

Mais tout travail fait,

La nuit s’écroulait !

Et pendant trois nuits,

Tout croule avec bruit !

Le Prince les mande

Et les réprimande :

Fâché, furieux,

Il menace et veut

Les murer vivant…

Les maîtres maçons

Et les compagnons

En travaillant tremblent,

En tremblant travaillent…

Curtea de Arges - ADEVARUL.RO
Le monastère Curtea de Arges. Source photo Adevarul.ro 

Tandis que Manol,

Couché sur le sol,

Fait en s’endormant,

Un songe étonnant,

Puis, lorsqu’il se lève,

Ils leur dit son rêve :

Chers maîtres maçons

Et chers compagnons,

J’ai fait en dormant,

Un rêve etonnant.

Du ciel j’entendis

Quelqu’un qui me dit :

Ce que l’on construit

Tombera la nuit,

Jusqu’à ce que nous

Déciderons, tous,

D’emmurer l’épouse

Ou la soeur, venant

Porter la première

Au mari ou au frère

A manger demain,

Au petit matin.

Donc si vous tenez

A parachever

Ce saint monastère

Sans pareil sur terre,

Il faudra jurer

Et nous engager,

Et qui, la première,

Viendra demain,

Au petit matin,

Nous l’immolerons

Et l’emmurerons !

manastirea-curtea-de-arges_202
Le monastère Curtea de Arges, lors de sa rénovation. Source photo ww.travelworld.ro

– III –

A l’aube, voici

Que Manol bondit

Et qu’il monte sur

Les restes des murs,

Scrutant le chemin,

Perçant le lointain.

Hélas pauvre maître,

Qui voit-il paraître ?

Anne, sa chérie,

Fleur de la prairie !

Elle s’approchait

Et lui apportait

A boire, a manger…

A genoux, en pleurs,

Il prie le seigneur :

Verse sur le monde,

La pluie qui inonde,

Change les rivières

En torrents sur terre ;

Fais que les eaux croissent,

Pour que ma mie lasse,

Ne puisse avancer !

Dieu ayant pitié

Lui obéit et

Fait couler bientôt

Du ciel, l’eau en flots.

Mais, bravant l’averse,

Sa femme traverse

Les eaux, les torrents…

Et Manol soupire,

Son coeur se déchire ;

Il se signe, en pleurs,

Et prie le seigneur :

Fais souffler un vent,

Un vent si puissant,

Qu’il plie les sapins,

Dépouille les pins,

Abatte les montagnes

Quant à sa compagne,

En bravant le vent

D’un pas hésitant,

Arrive, épuisée.

0
Curtea de Arges, localisation sur la carte.

– IV –

Les autres maçons,

Maîtres, compagnons,

Sont tous délivrés,

Là, quand ils la voient.

Et Manol l’enlace

Et, troublé, l’embrasse,

Puis, monte avec elle

Dans les bras, l’échelle :

Ne crains rien du tout,

Ma chérie, car nous

Voulons plaisanter

Et là t’emmurer !

Et le mur grandit

Et l’ensevelit

D’abord jusqu’aux pieds,

Puis jusqu’aux mollets.

Et sa pauvre chère

Ne sourit plus guère :

Manol, cher Manol,

O maître Manol,

Le gros mur m’étreint,

Et tout mon coeur geint !

Mais il est muet,

Travaille et se tait,

Et le mur grandit

Et l’ensevelit

D’abord jusqu’aux pieds,

Puis jusqu’aux mollets,

Après, jusqu’aux reins

Et puis jusqu’aux seins.

La pauvre Anne ignore

Son but et l’implore :

Manol, cher Manol,

O maître Manol,

Le gros mur m’étreint

Et serre mes seins,

Puis jusqu’au menton,

Enfin jusqu’au front.

Il bâtit son bien

Qu’on ne voit plus rien ;

Pourtant il l’entend

Du mur gémissant :

Manol, cher Manol,

O maître Manol,

Le gros mur m’étreint

Et ma vie s’éteint !

Curtea de Arges

– V –

L’Arges en aval,

Dans un joli val,

Noir, le Prince, arrive

Sur, la belle rive,

Faire ses prières

Dans le monastère.

Le Prince et sa garde,

Ravis, le regardent

Vous, dit-il, maçons,

Maîtres, compagnons,

Dites-moi sans peur,

La main sur le coeur,

Si votre science

Peut avec aisance

Faire pour ma gloire

Et pour ma mémoire

Plus beau monastère ?

monastère Curtea de Arges, Roumanie
Source photo : Ioan Vartaci

Les dix grands maçons,

Maîtres, compagnons,

Sis sur la charpente

Du haut toit en pente,

Répondent joyeux

Et fort orgueilleux :

Comme nous, maçons,

Maîtres, compagnons,

Tu ne trouveras

Jamais ici-bas,

Sache donc, que nous

Pourrons n’importe où

Bâtir sur terre

Plus beau monastère,

Plus éblouissant

Et resplendissant !

Or, le Prince écoute

Et ordonne, en rage,

D’enlever l’ouvrage

De l’échafaudage,

Afin que les bons

Dix maîtres maçons

Soient abandonnés

Là, sur la charpente

Du haut toit en pente.

Mais les maîtres sont

Adroits et se font

Des ailes qui volent,

Ailes d’échandoles ;…

Un à un descendent,

Mais là où ils tombent

Ils creusent leur tombe.

Or, pauvre Manol,

Le maître Manol,

Tout juste à l’instant

Où prend son élan,

Entend une voix

Sortir des parois,

Une voix aimée,

Faible et étouffée,

Qui pleure et gémit : …

Manol, cher Manol

O maître Manol

Le gros mur m’étreint

Et serre mes seins,

Mon cher petit geint

Et ma vie s’éteint !

Il l’entend si près

Qu’il reste égaré,

Et de la charpente

Du haut toit en pente,

S’écroule Manol,

Et là où son vol

S’écrasa au sol,

Jaillit de l’eau claire,

Salée et amère,

Car dans sa pauvre onde

Ses larmes se fondent ! »

Traduction  par N-A Gheorghiu, reprise par Mircea Eliade.

Curtea de Arges, Roumanie
Curtea de Arges, source photo Wikipedia
 Curtea de Arges, Roumanie
Source photo : Bernard Petit
IMG_8085 (Copier)
Source photo : Bernard Petit
IMG_8093 (Copier)
Source photo : Bernard Petit
IMG_8080 (Copier)
Source photo : Bernard Petit
IMG_8077 (Copier)
Source photo : Bernard Petit
IMG_8105 (Copier)
Source photo : Bernard Petit

La légende du monastère de Curtea de Arges ne laisse personne indifférent. En êtes-vous d’accord?

Bon voyage à vous!

Mariana Antoneag,

Enquêtrice de terrain en Roumanie

[mc4wp_form id= »7230″]

 

15 thoughts on “La légende du monastère de Curtea de Arges

      1. En ce qui me concerne, lorsque je l’ai lut pour la toute première fois, (enfant étant) ces idées m’ont vraiment fait trembler…
        Merci encore de votre intérêt à nos articles!

  1. Hello Mary ! Souvent la construction de magnifiques œuvres ont abouti à des tragédies .
    L’histoire de ce monastère donne envie de le visiter . Merci et à bientôt
    Bises Mya

    1. Bonsoir Mya,

      Espérons que cela ne s’applique pas à toutes ces fabuleuses choses qui ont été construites autour du monde…
      Merci de ta contribution à cet article Mya!
      Je te rendrai visite sur ton petit bout d’internet bientôt!
      Passe une belle soirée Mya!
      Bisous

  2. J’aime beaucoup cet article, la légende et le mystère qui entoure cet édifice très particulier dans son style architectural décalé. Ce serait un vrai plaisir de le contempler de près.
    Un gros bisou à toi Mari et à mes partenaires. A bientôt.

  3. Superbe légende… aura mystique autour de l’histoire de ce monastère…Il n’en est que plus intriguant…
    Et c’est en soi un attrait touristique indéniable!
    Mes salutations

    1. Bonjour Kleaude,

      Merci de votre contribution à cet article!
      Je suis profondément touchée par votre constant intérêt à nos articles.
      Très bon weekend à vous Kleaude et à bientôt de votre côté!

  4. Vraiment une superbe église et un merveilleux monastère. Cette histoire et légende est bien triste et nous montre jusqu’où peut aller l’orgueil d’un Prince prêt à sacrifier des êtres vivants et ceux qu’ils aiment juste pour satisfaire son orgueil. Une légende tenace puisqu’elle a inspirée un poème qui est devenu ballade.

    1. Bonjour Trigwen,

      C’est effectivement une légende triste, mais cela n’enlève rien à sa beauté.
      Merci de votre contribution à cet article!
      Très bonne journée à vous!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.