(science-fiction)


« La fin de l’année approchait. La fin du monde aussi. Tout n’était que ruines et désolation. Les océans étaient pollués, les sources taries, les arbres secs, morts. Femmes et animaux ne mettaient bas que des avortons. Les viles n’étaient plus que des cités fantômes. On ne pouvait plus enterrer les morts et les mourants, faute de bras. Le choléra pullulait. Les rats aussi. 

Le traîneau de Père Noël s’enlisa dans des sables mouvants saturés de métaux lourds. Les rennes disparurent, engloutis sans un cri. Le Père Noël chargea ses bras de cadeaux mais ne trouva personne. Il erra inutilement dans un champ de ruines. Tout à coup, alors qu’il était sur le point d’abandonner ses recherches, il perçut un cri, un cri d’enfant. Un bébé hurlait. A la vie, à la mort? 

Le Père Noël accourut. Dans un reste d’étable, il le vit: il vit l’enfant Jésus. « Mon Dieu, loué sois-tu! » Le divin enfant était né. L’Espérance et le renouveau aussi. Dieu merci! », conte de Gilbert Tharel, alias Maître Renard.
Bonne année à toutes et à tous! 

13 thoughts on “Le Père Noël de la fin des temps

  1. Fort bien écrit ! Bien que ce conte pessimiste soit des plus noirs, on perçoit grâce à la présence du Père Noël une lueur dans cette atmosphère de désespérance…
    Et puis, arrive cet Enfant Jésus, enfant qui arrive alors qu’on ne semble plus espérer rien de bon.
    L’arrivée de l’Espoir et de la Lumière sur u monde nouveau et meilleur ?
    Félicitations à Maître Renard pour son talent et son imagination.

    1. Bonsoir Trigwen,

      C’est effectivement un conte un peu triste, mais j’aime beaucoup cette fin positive. Maître Renard possède un talent particulier et j’en profite ici pour le féliciter à mon tour pour son talent et son imagination.
      Excellente année à vous Trigwen!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.