A l’écart des lieux fréquentés de Transylvanie se trouve un lieu superbe et apaisant, idéal pour se ressourcer, pour retrouver l’inspiration ou pour y goûter la simplicité.

Dans ce monde, encore bien préservé de l’urbanisation, on vit comme au premier matin du monde : pas de béton, pas de réseau électrique. Le paysage à la fois serein et farouche, n’a pas beaucoup changé ces dernières années. C’est un endroit où la végétation et le vert se répondent en écho, et où il règne une odeur de sapin et d’herbes sauvages. Mais ce qui captive davantage l’attention du visiteur est le rocher immobile qui trône sur la colline.

Pour recréer de toutes pièces l’ambiance de ce lieu, voici ma petite description : plusieurs parties du rocher sont tapissées de sapin, tandis que son sommet offre une vue imprenable sur la région et privilégie différentes essences de bois et de plantes sauvages. Loin des contraintes du quotidien, dans ce monde un peu à part, chacun est libre d’aller et venir à son rythme. Ici tout est calme et naturel. En été ces collines sont revêtues de fleurs des champs et survolées de papillons qui viennent les butiner.

Transylvanie

Histoire de connaître les différents avis de nos lecteurs sur la beauté de ce lieu et d’apporter à ce rocher un supplément de caractère, j’ai demandé à nos lecteurs de Facebook de donner une âme et une voix à ce rocher. Et, je dois dire que j’ai été agréablement surprise de découvrir combien la beauté de la nature captive l’attention et nourrit l’imagination. Quand on fait ce genre de voyage intérieur, l’esprit s’évade et on change d’horizon. Des talents méconnus, voire ignorés refont surface. Des preuves ?

Lisez les différentes « pensées » de ce rocher :

Sandra Cretenoud Labus dit :  « Je suis le rocher millénaire qui veille sur vos forêts, pâturages et rivières. Ne laissez personne détruire mon habitat, car sans lui, plus rien n’existera ».

Roxanna Juillet dit : « Je suis un rocher centenaire, personne n’a réussi à deviner mon âge. J’ai vu des guerres et les plus fortes tempêtes. Mais aussi des randonneurs qui viennent se reposer un moment près d’un arbre, qui rêvent d’une vie plus belle et qui me racontent leur chemin. J’ai plein d’histoires à raconter, pour ceux qui peuvent comprendre ma voix ».

Hugues Le Loup dit :

« J’aime toucher cette neige qui tombe,
Qui l’hiver toujours recouvre mes combes.
J’aime goutter l’eau gelée des torrents, 
Qui dévale mes pentes au printemps.
J’aime ouïr le bourdonnement, l’été,
de l’abeille par ses fleurs emmiellée.
J’aime beaucoup l’automne pour sentir,
Les bons champignons en train de sortir.
J’aime enfin voir ces multiples saisons,
Car simplement elles m’offrent leurs dons.

Une idée pour le titre ? »

Daniel Bacchetti dit :

« Regarde ce rocher !
Jamais il n’a bougé.
Demain tu le verras
Comme une sentinelle
Il sera toujours là,
A son poste fidèle. »

Mille mercis à toutes et à tous de vos magnifiques pensées. Ces idées sont fascinantes. Vos contributions me remplissent de bonheur. Si en plus vous découvrez où se trouve ce mystérieux rocher, je serais la plus heureuse des promoteurs de la Roumanie.

P.S. :

« Paysage de conte de fée. Il existe de rochers grandioses, forts, inaccessibles, qui peuvent s’effondrer sur un simple écho : dans le paysage de l’âme.», Lucian Blaga, philosophe, théologien et poète roumain.

Mariana Antoneag,

Enquêtrice de terrain en Roumanie

11 thoughts on “Les pensées d’un rocher de Transylvanie

    1. Je suis entièrement d’accord avec toi Eric. Les textes sont aussi bien écrits que cela ne laisse pas indiffèrent. Je constate que de plus en plus de monde se tourne vers la simplicité. Un tout autre genre de loisirs : la détente face aux paysages. Merci de ta contribution à cet article Aphadolie. Bonne journée à toi.

  1. Ce grand barbu devant
    Au crâne décharné
    Par les éternités de vents
    Sur son front acharnées,
    S’abaisse simplement
    Et ramène vers nous
    Son lieu, célestement,
    Ses coudes à ses genoux…
    Se rendant accessible,
    Ne nous dit pas un mot…
    Mais d’un geste insensible
    Nous désigne son dos.

    1. Quels jolis vers fabriqués sur les champ :-). Voilà une autre « facette » à faire découpoir dans mon esprit. Merci de cette jolie contribution Pat. J’adore!

  2. Plusieurs personnes souhaitent découvrir l’endroit précis dans lequel se trouve ce rocher. Pour votre curiosité et pour votre intérêt quant aux trésors de ce pays, merci ! J’ai promis à plusieurs personnes de leur indiquer quelques indices pour les aider à découvrir le lieu.

    Les voici :
    Premier indice : dans le même département on trouve une prairie de narcisses
    Deuxième indice : dans le même département on trouve une société roumaine, réputée pour ses eaux pétillantes- gazeuses et plates
    Troisième indice : dans le même département on trouve une Saline

  3. Découpoir? Bah vas falloir que je regarde dans le dico. Bah oui: Instrument pour découper…Quel bol d’avoir une fortiche en Français. Tu prends combien de l’heure?

  4. Un endroit parfait pour venir faire une retraite ou pour choisir de vivre presque en autarcie, quasiment en ermite, en profitant de chaque endroit et en vivant au besoin de cueillette, de fruits et légumes cultivés naturellement.
    Tel que tu décris les environs, c’est en effet un grand espace qui offre le calme et la sérénité, n lieu où on vit au rythme naturel d’une vie.
    Ce rocher a une âme de sage qui se recueille et, si on lui parle, celui-ci n’aura qu’une phrase à la bouche : «Taisez-vous, observez le veilleur solitaire que je suis, le gardien immuable de cet endroit et imprégnez-vous de mon esprit de calme liberté »
    Une belle légende que l’histoire de ce rocher qui veille sur toute une vallée

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.