Contexte

La Roumanie partage actuellement le triste privilège de figurer parmi les pays avec des infrastructures ferroviaires les moins développées de l’Europe.  A l’heure de grandes avancées technologiques dans ce secteur, le pays est loin des vitesses affichées de 540 km/ h pour le TGV français.

Mais cette industrie a connu des temps meilleurs, à l’époque où le pays offrait au monde un visage plus séducteur, fait de croissance et d’expansion.  Si à la fin des années 1989, le réseau  ferroviaire, (symbole d’industrialisation rapide de la Roumanie), figurait parmi les plus étendus, les plus denses et les plus fréquentés d’Europe, aujourd’hui, beaucoup de matériel ferroviaire est devenu obsolète, et rouille dans les gares de triage.

Ces problèmes découlent sans doute de la crise, mais c’est aussi une conséquence de préférences pour le développement du transport routier et des décisions prises par le régime et les administrations passées. Nous devons donc accorder davantage d’attention à ce secteur et cela requiert une approche différente et une réflexion selon d’autres dimensions.

ligne de train Vallée du Vaser
Voie férée de la Vallée du Vaser, Maramures,  Roumanie

Les prochains kilomètres : tendances actuelles

Selon plusieurs sources, l’avenir appartient aux lignes électrifiées, aux  trains à hydrogène et aux engins hybrides dotés de batteries où utilisant des biocarburants.  La Roumanie est un grand producteur de gaz naturel et d’électricité et pourrait parfaitement couvrir ce genre de besoin. Mais nous devons tous oser investir dans ce genre de technologies : les pouvoirs publics, les entreprises, les consommateurs…

Le sort du matériel ferroviaire historique de Roumanie

Dans mes recherches pour les besoins de cet article, j’ai appris que les Chemins de Fer Roumain  (le CFR), avait beaucoup investi dans du matériel ferroviaire, des locomotives et des wagons entre 1920 et 1950. Malheureusement, vers les années 1970, la traction à vapeur a reculé et le CFR a progressivement remplacé les locomotives à vapeurs par des locomotives standardisées diesel et électriques (locomotives la plupart du temps, fabriquées en Roumanie).

Selon un article publié sur Wikipédia, à partir de 1980, les locomotives à vapeurs  ont été réservées aux manœuvres de tirage, aux tournages de films et aux activités forestières à écartement métrique.

locomotive à vapeur Roumanie
Locomotive à vapeur exposée à Viseul de Sus, Maramures, Roumanie

La locomotive à vapeur a eu un certain succès, en son temps. A l’époque où tout allait moins vite, les touristes se plaisaient bien à voyager à son bord. Leurs vitres sans teint, offraient au monde un spectacle en mouvement qui inspirera beaucoup de voyageurs et de poètes. Les gens y séjournaient pour jouir des paysages pittoresques, variés et profiter des rencontres fortuites.

Des solutions alternatives pour préserver le réseau ferroviaire et les trains historiques

Pour préserver ces machines historiques, certains passionnés de locomotives à vapeur ont eu l’idée de leur insuffler du sang neuf et de leur redonner une nouvelle vie. Voilà comment certains engins thermiques à vapeur ont retrouvé leur gloire d’antan et la renommée nationale et internationale.

Un projet qui jouit d’une importante médiatisation et d’un accueil enthousiaste et positif de la part des touristes, c’est le train à vapeur Mocanita de Viseu,  de Maramures, que j’ai testé personnellement récemment. J’ai adoré. Cliquez ICI, pour en savoir plus sur mon expérience!

Mocanita
Locomotive à vapeur, Viseul de Sus, Maramures, Roumanie

Des nouvelles idées de développement

Des régions qui possèdent de lignes de chemin de fer et du matériel ferroviaire qui pourraient, (autrement que rouiller dans une gare de triage), desservir  leurs territoires  et les besoins économiques de leurs habitants, existent encore dans le pays.

L’avenir de la Roumanie dépend de la prospérité de ses régions et de l’innovation. Après avoir expérimenté le voyage avec la Mocanita de Viseu, j’ai étudié et comparé l’existant avec les possibilités offertes par les entreprises étrangères qui proposent des services et des expériences semblables.

Voici mes conclusions, qui je l’espère seront utiles aux propriétaires et aux passionnés de locomotives à vapeur, afin qu’ils y trouvent de l’inspiration pour améliorer leurs projets, ou pour en développer de nouveaux :

  1. Ce qui m’a le plus surprise lors de mon voyage avec Mocanita de Viseu ?

Les voyages ne sont pas du tout commentés. Ni en roumain, ni en anglais. Personnellement, j’aurais bien aimé en découvrir plus sur mon moyen de trasport temporaire appelée  « Elvetia », sur la ligne qu’elle emprunte, sur l’entreprise qui la gère, sur la région…Ma première suggestion serait donc d’organiser des voyages commentés en introduisant des messages audio diffusés à bord : présenter l’entreprise, les générations du train, l’histoire de la vapeur, les contes et les légendes de la région, les coutumes et les particularités locales, etc. Sur le chemin de retour diffuser des ambiances sonores.

paysage, Maramures, Roumanie
Paysage la Vallée du Vaser, Maramures, Roumanie

2. Si le voyageur décide de se laisser tenter par l’expérience, il le fera sans aucun doute pour pouvoir admirer des paysages typiques de la région.

Je pense que Mocanita peut et doit effectuer des arrêts sur les plus beaux sites de son trajet. Durant mon voyage j’ai croisé des lieux que j’aurais bien aimé pouvoir admirer davantage, …

3. Pour les entreprises, en général, un moyen d’attirer les gens dans une région isolée comme celle de Viseu, c’est de réaliser une bonne campagne publicitaire.

Ce n’est pas le cas de Moncanita de Viseu. Elle n’a pas besoin de mon aide pour se faire connaître. Elle s’est déjà fait un nom dans son secteur. Mais je pense que cette solution lui a coûté assez cher.

liste d'idées

Aux entreprises qui disposent de moyens limités, qui souhaitent renverser la situation et trouver une solution plus simple, je leur propose les options suivantes :

  • installer sur place des kiosques de cartes postales, de films et autres
  • conseiller les visiteurs en leur indiquant comment et où prendre des bons instantanés de la région
  • organiser des événements divers en indiquant aux intéressés sous quel angle photographier ou filmer l’action.

Il est évident que lorsque les voyageurs rentrent chez eux et regardent leurs souvenirs de vacances, ils deviendront les meilleurs agents de publicité de la région et de la Mocanita avec laquelle ils ont voyagé.

4. Il arrive souvent que le mauvais temps empêche certains visiteurs de monter à bord.

Les vielles vitres grisâtres et ternes du wagon, ne leur permettent pas toujours de profiter pleinement des paysages. Installer donc des écrans cinéma, avec diffusion en temps réel pour montrer les paysages durant l’hiver ou les jours de pluie, serait une solution.

idées de développement

5.Autre frein lié au mauvais temps, c’est le froid que l’on peut ressentir lors de la pause déjeuner à l’air libre.

Ils pourraient donc proposer des repas à bord, y installer des buvettes et des boutiques de souvenirs, construire des restos et des cafés traditionnels pour permettre aux visiteurs de se réchauffer etc.

6. Pour les passionnés des locomotives à vapeur et de matériel ferroviaire…

Avant de monter dans le train, pourquoi ne pas organiser de séances commentées pour présenter les locomotives, les manœuvres nécessaires avant et après le départ, présenter l’histoire de la ligne, construire un musée d’objets ferroviaires de la région, proposer des simulations et des stages de conduite de locomotives à vapeur, y installer des trains à thématiques diverses comme par exemple le « train de la science », les avancées technologiques du XIXème siècle, etc.

7. Proposer des trains spéciaux décorés pour les événements importants de l’année

…comme par exemple, « le train de la Saint-Valentin », le train « du Nouvel An » , le train du printemps , des voyages nocturnes sur réservation pour Halloween, des trains spéciaux sur demande pour les anniversaires et autres événements divers avec restauration à bord, des trains de luxe etc.

Train à vapeur

8. Organiser des événements spéciaux

Comme le Festival de la vapeur, des journées de la découverte vapeur, avec des expositions du matériel ferroviaire de l’époque, des visites locales et petites randonnées à pieds, etc.

9.Créer des associations

Et organiser (là où cela serait possible) des promenades en trains historiques sur voie à écartement normal, dans les autres régions avec du potentiel.

10.Établir des partenariats

…avec des petits producteurs et artisans de la région pour mettre en valeur les ressources et les produits traditionnels de la région etc.

Mes conclusions

Mocanita CFF Viseu

Malgré la pluie et le froid, j’ai beaucoup apprécié mon voyage avec Mocanita de Viseu. C’est une région au milieu de nulle part, isolée, sauvage et ravissante, et où il n’y a ni route, ni vie humaine.

Un jour, un homme vint visiter la région et vit le potentiel de ces territoires. En mettant en valeur le matériel ferroviaire ancien, cette richesse visuelle est rendue accessible par la seule voie ferrée. Le succès est immédiat et les touristes nombreux.

Ce genre de tourisme constitue une réelle dynamique et la garantie d’emplois directs et indirects pour les régions villageoises. Un secteur d’activité singulier et prometteur. Tout cela sans oublier les expériences qu’ils procurent, et la conservation et le maintien du patrimoine ferroviaire (y compris les lignes, autrement vouées à disparaître).

Le secteur ferroviaire roumain connaît actuellement de grosses difficultés. Il se trouve en ce moment à un tournant de son cycle de vie. Comme lors d’une expérience de voyage en train, dans toute industrie : on monte et on descend. Il y a des arrêts, des déraillements, des pannes, des accidents et des retards. Mais des solutions alternatives existent.

Ma manie à moi, mon obsession, c’est de fabriquer  « un train de campagne » pour parler de mon pays, pour le faire connaître, pour vous montrer son potentiel. J’espère l’avoir démontré par ces lignes et dans notre nouvelle vidéo !

J’ai une énorme chance d’être constamment soutenue et encouragée par mes partenaires, par mes collaborateurs et par mes lecteurs.

Nous recherchons des bons compagnons de voyage pour échanger, pour partager, pour analyser et trouver des solutions, pour améliorer, pour reconstruire et /ou grandir. Souhaitez-vous nous accompagner dans nos voyages en train ?

Montez à bord SVP !

Références : Chemin de fer roumains Wikipédia

Mariana Antoneag,

Enquêtrice de terrain en Roumanie

12 thoughts on “Mettre le matériel ferroviaire historique en valeur

    1. De fois, les situations difficiles nous aident à trouver des solutions auxquelles on n’aurait pas pensé dans une situation « normale ». Les problèmes nous aident à renverser la situation. Et personnellement, je vois dans ces problèmes plus des possibilités pour les affaires. Merci de votre contribution à cet article☺! Et très bon week-end à vous!
      Bisous

  1. Inutile d’envier les 540 km/ h, ce n’est par chez moi et ne le sera jamais…
    La tendance est aussi à supprimer toutes les lignes transversales, les arrêts sur celles qui ne sont pas TGV, les gares fermées et le personnel au guichet remplacé par des automates si la gare n’est pas transformée en habitation, bref le réseau n’est plus que l’ombre de lui-même…
    Quand on habite en France profonde et que l’on veut s’y déplacer en train on y met beaucoup plus de temps qu’il y a 50 ans 🙁
    Mais on ne reviendra certainement pas à la vapeur, on ne peut plus romantique pour certains et symbole de l’esprit de corps du métier pour d’autres…

    1. Je comprends parfaitement votre point de vue. D’ailleurs, mon article n’a pas pour but d’inciter les français à revenir à la vapeur. Il s’agit uniquement de proposer aux investisseurs et aux passionnés de locomotives à vapeur, roumains ou étrangers, des solutions pour préserver l’histoire de la vapeur.
      Merci encore de votre contribution à cet article!
      Très bonne journée à vous Agatheb2k!

  2. Dans beaucoup de pays, des nostalgiques remettent au goût du jour les locomotives à vapeur avec les wagons qui vont avec car bon nombre d’habitués sont heureux de voyager à bord et de retrouver les sensation d’un voyage durant lequel on prend le temps de regarder dehors.
    Par contre, avec les différents plans de défense de l’environnement, il est fort possible que le gouvernement roumain, poussé par l’Union européenne tente de créer des moyens de transports ferrés qui soient moins polluants, des trains qui soient tirés par des locomotives qui marcheraient au gaz ou à l’hydrogène.
    Mais avant que cela ne se concrétise, il faut que les ingénieurs « Recherche et Dveloppement » aient trouvé la bonne solution, celle qui est la plus rentable et qui fonctionnera le mieux.
    De plus, cela demande un budget ce qui fait que ce projet s’étendra sur plusieurs années.
    En France le projet T.G.V. a été lancé en 1974 après l’abandon de l’aérotrain au milieu des années 60 et la mise en service du turbotrain de 1971à 1979. Le T.G.V a été inauguré en 1981 soit 7 ans après que le projet ait été lancé. Donc la Roumanie ne doit pas se décourager et tout viendra en temps et heure.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.