La comtesse Anna-Élisabeth de Noailles, née Bibesco Bassaraba de Brancovan1, est une poétesse et une romancière française, d’origine roumaine, née à Paris le 15 novembre 1876 et morte à Paris le 30 avril 1933.

AVT_Anna-de-Noailles_9163.jpeg


Descendante des familles de boyards Bibescu de Roumanie, elle est la fille d’un expatrié roumain âgé de 50 ans, le prince Grégoire Bibesco Bassaraba de Brancovan lui-même fils du prince valaque Georges Bibesco (en roumain: Gheorghe Bibescu) et de la princesse Zoé Bassaraba de Brancovan (en roumain: Brâncoveanu).

Sa mère, plus jeune de 21 ans, est la pianiste grecque née à Constantinople Raluca Moussouros (ou Rachel Musurus), à qui Paderewski a dédié nombre de ses compositions.

Sa tante, la princesse Hélène Bibesco, a joué un rôle actif dans la vie artistique parisienne à la fin du xixe siècle jusqu’à sa mort en 1902. Anna est la cousine germaine des princes Emmanuel et Antoine Bibesco, amis intimes de Proust.

Avec son frère aîné Constantin et sa sœur cadette Hélène, Anna de Brancovan mène une vie privilégiée. Elle reçoit son instruction presque entièrement au foyer familial, parle l’anglais et l’allemand en plus du français et a une éducation tournée vers les arts, particulièrement la musique et la poésie. La famille passe l’hiver à Paris et le reste de l’année dans sa propriété, la Villa Bessaraba à Amphion, près d’Évian sur la rive sud du lac Léman.

La poésie d’Anna de Noailles portera plus tard témoignage de sa préférence pour la beauté tranquille et l’exubérance de la nature des bords du lac sur l’environnement urbain dans lequel elle devra par la suite passer sa vie.

Unknown.jpeg

Le 18 août 1897 Anne-Élisabeth, dite Anna, épouse à l’âge de 19 ans le comte Mathieu de Noailles (1873-1942), quatrième fils du septième duc de Noailles. Le couple, qui fait partie de la haute société parisienne de l’époque, aura un fils, le comte Anne Jules (1900-1979).

Anna de Noailles fut la muse et entretint une liaison avec Henri Franck normalien et poète patriote proche de Maurice Barrès, frère de Lisette de Brinon et cousin d’Emmanuel Berl, mort de tuberculose à 24 ans en 1912.

Elle fut également rendue responsable du suicide, en 1909, du jeune Charles Demande  un neveu de Maurice Barrès qui souffrait pour elle d’une passion qu’elle ne partageait pas.

00.AnnaDeNoailles_girl.jpg
Au début du xxe siècle, son salon de l’avenue Hoche attire l’élite intellectuelle, littéraire et artistique de l’époque parmi lesquels Edmond Rostand, Francis Jammes, Paul Claudel, Colette, André Gide, Maurice Barrès, René Benjamin, Frédéric Mistral, Robert de Montesquiou, Paul Valéry, Jean Cocteau, Léon Daudet, Pierre Loti, Paul Hervieu, l’abbé Mugnier ou encore Max Jacob, Robert Vallery-Radot et François Mauriac. C’est également une amie de Georges Clemenceau.

En 1904, avec d’autres femmes, parmi lesquelles Jane Dieulafoy, Julia Daudet, Daniel Lesueur, Séverine et Judith Gautier, fille de Théophile Gautier, elle crée le prix « Vie Heureuse », issu de la revue La Vie heureuse, qui deviendra en 1922 le prix Fémina, récompensant la meilleure œuvre française écrite en prose ou en poésie. Elle en est la présidente la première année, et laisse sa place l’année suivante à Jane Dieulafoy.

Elle meurt en 1933 dans son appartement du 40 rue Scheffer et est inhumée au cimetière du Père-Lachaise à Paris, mais son cœur repose dans l’urne placée au centre du temple du parc de son ancien domaine d’Amphion-les-Bains.

738_poli_anna_noailles.jpg

Anna de Noailles  fut la première femme commandeur de la Légion d’honneur6 ; la première femme reçue à l’Académie royale de langue et de littérature françaises de Belgique (au fauteuil 33 ; lui ont succédé Colette et Cocteau).

Elle était aussi membre de l’Académie roumaine. En 1920, son premier recueil de poèmes (Le Cœur innombrable) est couronné par l’Académie française. En 1921, elle en reçoit le Grand prix de littérature. Plus tard, l’Académie française créera un prix en son honneur.

Elle a été décorée de l’ordre du Sauveur de Grèce et de Pologne.
Anna de Noailles a écrit trois romans, une autobiographie et un grand nombre de poèmes.

Son lyrisme passionné s’exalte dans une œuvre qui développe, d’une manière très personnelle, les grands thèmes de l’amour, de la nature et de la mort.

images-1.jpeg

Ils ont dit d’elle:

— Abbé Mugnier, Journal, 2 décembre 1910, p. 198 et 199
« Elle était plus intelligente, plus malicieuse que personne. Ce poète avait la sagacité psychologique d’un Marcel Proust, l’âpreté d’un Mirbeau, la cruelle netteté d’un Jules Renard. »

— Jean Rostand, préface à Choix de poésies d’Anna de Noailles, 19608
« Sacha Guitry admirait infiniment Mme de Noailles, mais qui n’admirait pas Anna de Noailles ? C’était un personnage extraordinaire, qui avait l’air d’un petit perroquet noir toujours en colère, et qui ne laissait jamais placer un mot à personne. Elle recevait dans son lit, les gens se pressaient en foule dans sa ruelle […] et cela aurait pu être un dialogue étourdissant mais c’était un monologue bien plus étourdissant encore […] Sacha m’a dit d’elle : quand on l’entend monter l’escalier on a toujours l’impression qu’il y a deux personnes en train de se parler, et quand elle redescend, il semble qu’une foule s’éloigne.

anna de noailles van dongen 2.PNG

( Avec le précieux concours de Wikipedia)

 

Trois poèmes d’Anne de Noailles:

La nuit, lorsque je dors

La nuit, lorsque je dors et qu’un ciel inutile
Arrondit sur le monde une vaine beauté,
Quand les hautes maisons obscures de la ville
Ont la paix des tombeaux d’où le souffle est ôté,

Il n’est plus, morts dissous, d’inique différence
Entre mon front sans âme et vos corps abolis,
Et la même suprême et morne tolérance
Apparente au néant le silence des lits !

»

Le baiser

Couples fervents et doux, ô troupe printanière !
Aimez au gré des jours.
– Tout, l’ombre, la chanson, le parfum, la lumière
Noue et dénoue l’amour.

Épuisez, cependant que vous êtes fidèles,
La chaude déraison,
Vous ne garderez pas vos amours éternelles
Jusqu’à l’autre saison.

Le vent qui vient mêler ou disjoindre les branches
A de moins brusques bonds
Que le désir qui fait que les êtres se penchent
L’un vers l’autre et s’en vont.

Les frôlements légers des eaux et de la terre,
Les blés qui vont mûrir,
La douleur et la mort sont moins involontaires
Que le choix du désir.

Joyeux ; dans les jardins où l’été vert s’étale
Vous passez en riant,
Mais les doigts enlacés, ainsi que des pétales,
Iront se défeuillant.

Les yeux dont les regards dansent comme une abeille
Et tissent des rayons,
Ne se transmettront plus, d’une ferveur pareille,
Le miel et l’aiguillon,

Les coeurs ne prendront plus, comme deux tourterelles,
L’harmonieux essor,
Vos âmes, âprement, vont s’apaiser entre elles,
C’est l’amour et la mort…

Le temps de vivre

Déjà la vie ardente incline vers le soir,
Respire ta jeunesse,
Le temps est court qui va de la vigne au pressoir,
De l’aube au jour qui baisse.

Garde ton âme ouverte aux parfums d’alentour,
Aux mouvements de l’onde,
Aime l’effort, l’espoir, l’orgueil, aime l’amour,
C’est la chose profonde ;

Combien s’en sont allés de tous les coeurs vivants
Au séjour solitaire,
Sans avoir bu le miel ni respiré le vent
Des matins de la terre,

Combien s’en sont allés qui ce soir sont pareils
Aux racines des ronces,
Et qui n’ont pas goûté la vie où le soleil
Se déploie et s’enfonce !

Ils n’ont pas répandu les essences et l’or
Dont leurs mains étaient pleines,
Les voici maintenant dans cette ombre où l’on dort
Sans rêve et sans haleine.

– Toi, vis, sois innombrable à force de désirs,
De frissons et d’extase,
Penche sur les chemins, où l’homme doit servir,
Ton âme comme un vase ;

Mêlée aux jeux des jours, presse contre ton sein
La vie âpre et farouche ;
Que la joie et l’amour chantent comme un essaim
D’abeilles sur ta bouche.

Et puis regarde fuir, sans regret ni tourment,
Les rives infidèles,
Ayant donné ton coeur et ton consentement
A la nuit éternelle…

 

Blog_noailles_  (6).jpg

 

14 thoughts on “Anna de Noailles, une poétesse aristocratique

    1. Bonsoir Christèle,
      Une femme pas comme les autres, suis entièrement d’accord avec toi! Et j’avoue que je ne connaissais pas ANNA DE NOAILLES, cette poétesse aristocrate d’origine roumaine. Cela me rend toute fière! Et à cette occasion, j’en profite pour remercier encore une fois mon partenaire, Gilbert, alias Maître Renard, pour avoir rédigé cet article et partagé avec nous ce savoir.

      Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Kleaude,

      Mon partenaire, Gilbert alias Maître Renard, traverse une période difficile en ce moment. Son père est décédé. Il ne pourrait donc pas répondre à ce commentaire. Je prends donc le relais…

      Je suis entièrement d’accord avec vous! C’est une femme pas comme les autres.
      Merci à vous Kleaude de votre contribution à cet article!
      Excellent weekend à vous Kleaude!
      A bientôt!

      J'aime

  1. Bonjour, merci pour ce magnifique billet sur Anna de Noailles fort intéressant. J’aime lire ses poèmes et parfois, j’en dépose dans mon blog. Je connais Amphion-les-Bains pour y être passée plusieurs fois.
    Mes amitiés ♥

    Aimé par 1 personne

  2. Ce fut en effet une femme qui possédait ds qualités et des connaissances intellectuelles inhabituelles pour une femme de son époque.
    De par son éducation, elle a su tirer parti de ses connaissances et s’élever grâce aux arts.
    Voilà aussi une femme qui sut attirer à elle tout le gratin intellectuel de Paris et de la France grâce à ses connaissances et ses qualités

    Aimé par 1 personne

    1. Bonjour Trigwen,

      Mon partenaire Gilbert alias Maître Renard traverse une période très difficile en ce moment. Son père est décédé. Je reprends donc le relais….

      C’était effectivement une femme de talent pour son époque!
      Grand merci à vous Trigwen pour votre contribution à cet article!
      Passez un excellent weekend Trigwen!
      A bientôt!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s